Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 22:08

Discrimination ethnique, coups de tête… (Suite)

 

La ligne de défense de la Fédération Française de Football mérite qu’on s’y attarde.

On nous explique que :

  • Il faut former d’autres types de footballeurs, plus techniques, plus intelligents, arrêter avec les blacks puissants et costauds.
  • Il faut tenir compte du fait que les Blacks et les Arabes ont souvent la double nationalité et qu’ils choisissent fréquemment de jouer sous les couleurs du pays de leurs aïeux. Il faudrait donc limiter leur présence dans les centres de formation au motif que l’investissement se révèle être à fonds perdus dans la plupart des cas.

Le premier argument est proprement consternant mais pas surprenant. Eric Zemmour nous apprenait naguère que les Blacks et les Arabes étaient majoritairement des dealers et des trafiquants, ce qui justifie à ses yeux les contrôles au faciès. Ce même Zemmour a eu droit à une ovation debout de la part du parti majoritaire. Alain Finkielkraut déclarait il y a peu à un journal israélien, le Haaretz, que la France était devenue la risée du monde parce que son équipe de football était black, black, black. Pas de sanction là non plus et maintien du susdit à la tête d’une émission de culture sur la radio publique du même nom. On apprend que le Directeur Technique National Blaquart a été suspendu à la Fédération. Ce n’est sans doute pas une lumière. Mais ses écarts de langage paraissent bien modestes par rapport aux déclarations de ces intellectuels patentés.

Le second argument est confondant. Ainsi, le débat qui s’est tenu à la FFF, et dont le verbatim a été rapporté par Médiapart, n’avait pour objet que de limiter la perte d’argent occasionnée par la formation de joueurs que des pays étrangers viendraient débaucher au prétexte d’une attache aussi ancienne que fantasmatique.

Argument recevable ? Voire.

Personne n’ignore qu’Amédéo Modigliani est un peintre français et qu’il a participé par son œuvre au rayonnement de la France. Qui sait qu’il a étudié à Livourne puis à l’Académie des Beaux-arts de Florence avant de s’établir en France ? C’est donc bel et bien l’Italie qui l’a éduqué, financé et, dans une large mesure, façonné.

Picasso a vingt ans et une déjà longue carrière artistique entamée à l’âge de huit ans avec son tableau fétiche, le Petit picador jaune, qu’il conservera jusqu’à la fin de ses jours, quand il s’installe à Paris en 1901. La France a-t-elle eu le bon goût de remercier l’Espagne pour lui avoir fourni à titre gracieux un artiste dans la plénitude de son génie ?

Marie Curie, double Prix Nobel de physique et de chimie, est arrivée à Paris de sa Pologne natale à l’âge de vingt-quatre ans, nantie d’une formation extrêmement solide qu’elle doit aux établissements d’enseignement de son pays. La France a-t-elle remercié la Pologne pour le superbe cadeau qu’elle lui faisait ?

Quelqu’un s’est-il inquiété de savoir que le Georges Charpak âgé de sept ans, venu lui aussi de Pologne, ne devrait peut-être pas être inscrit dans une école française au motif qu’il aurait pu choisir de concourir pour son pays natal et lui offrir le Prix Nobel ?

Que faire des médailles glanées par Eunice Barber et de tant d’autres basanés ou carrément noirs, nés dans les cités ghettos et qui ont une ascendance problématique ?

Officiellement, la France prône l’immigration choisie. En termes clairs, cela signifie qu’elle s’autorise à faire son marché dans les pays du tiers-monde et s’y approvisionner à titre gracieux en médecins, informaticiens…, déjà formés par des pays qui acceptent qu’une partie de leurs populations meure de faim pour assurer l’éducation de leurs enfants.

Messieurs de la Fédération, vous êtes sans doute avertis des choses du football. Votre ignorance du reste devrait vous dispenser de vous aventurer sur des territoires que vous n’avez pas l’habitude d’aborder. Il est vrai que le climat actuel est favorable à l’expression la plus large des sentiments les plus malsains, ceux qu’on cachait naguère et qu’on exhibe aujourd’hui.

Vous ne méritez ni considération ni excès d’indignité. Votre sortie n’a été rendue possible que par les apprentis sorciers qui travaillent, et qui sont peut-être en train d’y réussir, à la déculpabilisation du racisme, à la montée de la haine et au futur embrasement de la société.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahim Senouci
commenter cet article

commentaires

gilda nataf 01/05/2011 15:44


Bonjour, et un grand merci pour ce second article ! à l'énumération des considérations sur "l'import-export" on pourrait ajouter les princesses importées d'Espagne d'Autriche ou d'ailleurs ... ou
l'indignation quand nos fromages ne se vendent plus aux Etats Unis ...
Un beau premier Mai souhaitons-le ! cordialement


Présentation

  • : Le blog de Brahim Senouci
  • Le blog de Brahim Senouci
  • : Billets d'humeur
  • Contact

Recherche

Liens