Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 21:09

Le désordre et le sens

http://www.libre-algerie.com/le-desordre-et-le-senspar-brahim-senouci/03/08/2016/#sthash.oGN5zleD.dpbs

En physique, on dispose de nombreuses grandeurs pour quantifier les phénomènes de la vie de tous les jours. La température, la vitesse, le champ électromagnétique…, en font partie. Il y en a une, plus particulière, dont la prétention est de mesurer le…désordre! Il s’agit de l’entropie. Cette grandeur a ceci de particulier que sa variation ne peut être que positive. Cette étrange propriété suppose que la tendance naturelle est à l’accroissement du désordre.

Une discussion académique sur ce sujet serait sans aucun doute passionnante mais ce n’est pas ici le lieu. Pour autant, sans être particulièrement familier avec la physique, on peut comprendre cette notion d’entropie et sa relation au désordre à travers l’illustration qui suit…

L’explosion initiale qui a conduit à la formation de l’Univers, le fameux Big Bang, a projeté dans le vide sidéral les milliards de particules de la soupe cosmique originelle. Ces particules ont formé les planètes, les étoiles, les galaxies, les trous noirs, qui subissent encore aujourd’hui les effets de cette explosion initiale et continuent de se séparer et de filer toujours plus loin…

L’Univers n’est donc pas immobile. Il ne cesse de grossir et de s’étendre. On dit qu’il est en expansion. Comment le savons-nous? Simplement par le fait que sa température n’est pas absolument nulle, ce qui serait le cas s’il était figé. Ces planètes, ces étoiles, s’éloignant de plus en plus les unes des autres, continuent donc leur voyage mystérieux vers des confins que l’esprit humain peine à imaginer… Ainsi, l’entropie de l’Univers augmente, ce qui accrédite l’idée de sa finitude.

A l’évidence en effet on peut penser que la réserve d’énergie nécessaire pour faire briller les soleils, faire voguer les planètes, finira un jour par s’épuiser, ce qui entraînera la mort de l’Univers. Que l’on se rassure! Les études les plus poussées montrent que son espérance de vie est bien plus longue que ce qui pouvait être déduit simplement de son caractère expansif. Elle se chiffre en milliards de milliards de milliards…. d’années!

Osons la transposition à l’échelle humaine. Le désordre, ça nous connaît! Notre minuscule maison commune, notre toute petite Terre, en est la victime quotidienne. Les guerres, les dénis de justice, les massacres aveugles, sont le lot de l’humanité. Certes, notre planète bien-aimée connaîtra la fin promise par Sainte-Entropie.

Toutefois, plutôt que l’inexorable mais lente marche vers l’extinction de notre valeureux soleil, plutôt que la descente en pente douce du thermomètre vers la glaciation finale, nous risquons de connaître une fin précipitée parce que nos activités contribuent à accélérer la tendance naturelle au désordre et à hâter ainsi la survenue de l’instant fatal.

Nous connaissons les dégâts que nous causons à la Nature, du fait de notre train de vie dispendieux (notamment dans les pays riches!), générateur du réchauffement climatique, producteur de tornades, de maladies respiratoires, agent de la disparition de nos plus belles îles et de la submersion progressive de nos côtes. Nous faisons mine de temps à autre de nous en alarmer et nous organisons de grands raouts dans lesquels nos dirigeants à la mine compassée nous promettent pour demain, la main sur le cœur, de l’eau fraîche et un air pur, nourriture de prédilection des amoureux, comme chacun sait… Nous apprenons, dès le lendemain, que les constructeurs automobiles trichent délibérément sur les vertus écologiques de leurs produits, que les Etats mentent sur les quantités d’oxyde de carbone qu’ils rejettent dans l’atmosphère.

Le plus puissant d’entre eux s’adonne avec fougue à extraire de son sol du gaz et du pétrole de schiste au prix d’une technique de fracturation hydraulique unanimement reconnue comme source de pollution irréversible des eaux souterraines et pouvant même occasionner des séismes locaux !

En bonne logique, nous aurions dû, nous devrions, tous ensemble veiller à la pérennité de notre maison-terre. S’il y a un intérêt partagé par l’ensemble de l’humanité, c’est bien celui de garantir la viabilité de notre habitat commun. En toute logique, nous devrions être unis en vue de cet objectif. Nous devrions veiller à ne pas nous laisser déborder par des conflits de voisinage, des querelles de propriété, des batailles pour la répartition des biens communs tels que l’eau, les sources d’énergie… Nous devrions installer une police qui garantirait à chacun des Terriens la liberté et la sécurité, ainsi qu’une protection pérenne contre toute tentative de le déposséder de ses richesses ou de ses objets de mémoire. Nous devrions disposer d’un tribunal totalement impartial dont les décisions auraient force de loi.

Utopique? Peut-être… Le hasard ou la nécessité ont présidé à notre avènement sur terre. A l’échelle du cosmos, cet événement n’est sans doute pas d’une grande importance. Pourtant, nous y attachons une énorme signification. Nous ne pouvons nous résoudre à nous imaginer comme les produits d’une rencontre accidentelle et nous cherchons un sens à notre existence.

La religion constitue une réponse. Elle ne nous dispense pas pour autant des interrogations de fond sur la raison de notre présence. D’ailleurs, elle ne nous confine pas à une simple observation des dogmes mais nous invite à la recherche de la connaissance et à la spéculation féconde. Certains intellectuels, peu amènes vis-à-vis de l’espèce à laquelle ils appartiennent, appellent de leurs vœux son anéantissement. Le mathématicien et Prix Nobel de littérature Bertrand Russell, grande figure de l’opposition à la guerre du Vietnam, se réjouissait de cette perspective qui devait permettre à la Terre de “retrouver enfin la paix”.

Il y a donc de grandes questions existentielles qui se posent et qui devraient ramener à la portion congrue les désirs d’enrichissement, les envies de puissance et les querelles de chapelles.

L’illusion ne consisterait-elle pas plutôt à poursuivre dans la voie suivie jusqu’ici, celle de la loi du plus fort, qui s’accommode de la misère du plus grand nombre pour l’enrichissement hallucinant de quelques-uns ? Quel peut être le sens de cette course effrénée au profit, sur fond de massacres industriels et d’assujettissement des plus pauvres? Si l’existence de l’humanité n’avait pas d’autre but que la bataille pour la survie pour les uns et l’accumulation de biens pour les autres, on pourrait regretter l'”incident” qui est à l’origine de son établissement sur terre et se réjouir avec Russell du retour de la paix sur la planète que scellerait notre effacement. Un incident? Vraiment? Un mystère plutôt… Nous ne pouvons, bien que nous ayons été dotés de la faculté de raisonner, en percer les arcanes.

Mais nous pouvons toujours considérer d’un oeil critique notre conduite, nos misérables batailles de chiffonniers pour des arpents de terre, des puits de pétrole. Nous pouvons nous interroger sur le sens de l’accumulation de moyens de destruction massive, suffisants pour détruire trente fois la Terre. Nous pouvons nous questionner sur l’origine des immenses gisements de haine qui poussent tant de jeunes gens à commettre des massacres.

Peut-être finirons-nous par arriver à la conclusion inévitable: si nous ne savons pas pourquoi nous avons été créés, nous savons que ce n’est pas dans le but de nous haïr, de nous détruire. Alors, soyons à la hauteur du mystère de la Création en nous perpétuant dans la paix. Peut-être finirons-nous par savoir, un jour…

- See more at: http://www.libre-algerie.com/le-desordre-et-le-senspar-brahim-senouci/03/08/2016/#sthash.oGN5zleD.dpuf

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahim Senouci
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Brahim Senouci
  • Le blog de Brahim Senouci
  • : Billets d'humeur
  • Contact

Recherche

Liens