Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 11:11

Nice...

http://www.libre-algerie.com/nice-par-brahim-senouci/20/07/2016/#sthash.a38TsToC.dpbs

De nouveau, des sirènes hurlantes, des cadavres ensanglantés, des gens hébétés qui courent, un camion fou qui fauche, comme au bowling, des quilles humaines. Le même spectacle que naguère à Alger, puis à Bagdad, à Bruxelles, à Paris, le même sentiment d'irréalité, la même impression que, désormais, l'horreur s'installe au cœur de nos vies, qu'elle nous devient consubstantielle et que la machine infernale, mise au point dans l'atelier de quelque docteur Frankenstein, est en train de nous broyer, irrémédiablement.

Et toujours, le même désir de vengeance, qui s'amplifie à mesure que la « divinité » cannibale réclame de ses blêmes adorateurs un tribut toujours plus lourd.Vengeance contre qui ? Contre une géographie, un costume, une croyance, contre ceux qui présentent des points communs visibles avec les membres de la secte de l'apocalypse ? On oublie que ceux-là ont été et sont encore les principales victimes de celle-ci . Oui, des millions de musulmans ont été massacrés par les mêmes assassins qui ont sévi à Paris, Saint-Denis, Bruxelles, Nice…. Ce sont ces derniers qui mènent cette opération méthodique d'allumage des brasiers.

Si le monde a quelque chose en partage aujourd'hui, c'est la médaille à deux faces de la haine et de la peur. Ce sont ces caractères qui dictent les discours dominants dans les pays où sévissent les criminels de masse. Ce sont sans doute des réactions à chaud mais il y a tout de même une part de conviction inquiétante dans le rejet à peine voilé de l'Islam, l'appel à des solutions radicales et à la restriction des libertés. Somme toute, les citoyens de France seraient prêts (à plus de 80%!) à troquer leurs libertés contre une sécurité illusoire. On ne peut certes leur en vouloir de réagir de la sorte, alors que leurs dirigeants et l'écrasante majorité de leurs journalistes poussent dans ce sens. Le comble a été atteint par Sarkozy qui appelle à des expulsions massives . Il se déclare prêt à renvoyer des étrangers parce qu'ils font partie des 11,400 fichés S. Notons que ces personnes ne sont coupables d'aucun crime. S'ils devaient connaître cette sanction promise par l'ex président de la République, ce serait du fait d'un délit d'intention supposé. Est-ce que l'on mesure la gravité de cette déclaration ? A supposer que l'on en soit là, est-ce que, pour autant, le reste des fichés S inexpulsables parce que porteurs de la nationalité française seraient moins susceptibles de basculer dans la violence ? Quid des Bretons, des Berrichons, des villageois nés des profondeurs de la campagne française, issus de familles catholiques, ayant fait leurs études dans des lycées qui se dressent dans le décor agreste d'un bocage normand ou d'un paysage de vignes alsacien, et qui, un jour, ont basculé dans la violence via une conversion expresse ?

Mais alors, que faire ?

Ne pas tomber dans le piège, ne pas se conformer au scénario sinistre concocté de manière quasi transparente par les tueurs. Ils ne font pas de distinguo entre leurs victimes. Ils n'épargnent personne, et surtout pas les musulmans qu'ils décrètent impies parce qu'ils refusent d'embrasser leur religion de haine. Ils essaient de nous dresser les uns contre les autres et il est possible qu'ils y parviennent.

Il faut prendre acte de la réalité du ressentiment envers l'Occident et s'interroger sur ses origines. La destruction de l'Irak s'est opérée sur la base d'un mensonge avéré, celui de l'existence de prétendues armes de destruction massive. Elle s'est soldée par la mort de quatre millions d'Irakiens, la dislocation du pays et, surtout, l'avènement de Daesh ! Le rapport Chilcot, même s'il ne le dit pas explicitement, conclut à l'illégalité de cette guerre. En bonne justice, cela devrait valoir à l'accusé principal, Tony Blair, une comparution immédiate devant la CPI et la perspective de très longues années de prison. Il devrait être rejoint par son âme damnée, Georges W Bush, si le Congrès étasunien menait une enquête qui aboutirait inévitablement à un rapport du même style que le rapport Chilcot. Nous en sommes loin… Blair préside le Quartette, cet attelage improbable censé établir la paix au Proche-Orient mais qui, en réalité, ne fait qu'accompagner l'intransigeance israélienne, en rendant chaque jour plus banal l'immense déni de justice dont sont victimes les Palestiniens. Quant à Bush, sa seule préoccupation concerne la qualité de son swing.,,

Il y a un troisième larron. Il a sévi en Libye, sur les conseils d'un mentor contestable, se présentant comme un philosophe qui nous explique qu'il fait la guerre sans l'aimer. Le résultat n'est pas moins glorieux que celui obtenu par les duettistes anglo-saxons. La Libye a explosé et constitue aujourd'hui une entreprise florissante de formation de djihadistes.

Alors, peut-être que ces immenses « stratèges » devraient éviter de se poser en donneurs de leçons ! Peut-être aussi que, s'ils devaient rendre compte de leurs actes devant une juridiction internationale, on assisterait à une baisse drastique des vocations terroristes… Vœu pieux, mais il est permis de rêver. Il est surtout permis à des dirigeants responsables et à des journalistes consciencieux de poser le vrai diagnostic de la crise actuelle, d’en identifier les causes, d'expliquer à l'opinion occidentale que certains de ses leaders ont voulu faire du Sykes-Picot, les ministres respectivement britannique et français à l'origine de la configuration actuelle du Proche Orient : ces apprentis sorciers ont amorcé une machine infernale qu'ils sont incapables d'arrêter .

Ce n'est donc pas la démocratie et la justice que l'Occident doit sacrifier pour retrouver la sécurité mais une vision du monde dans laquelle la partie non occidentale de ce monde fait l'objet d'une sorte de jeu de go permanent, sans dommage pour ses initiateurs.

Il faut combattre le terrorisme aveugle. Mais cette lutte est vouée à l'échec en l'absence de la prise en compte de la nécessité d'une solution globale des problèmes du monde, sur la base d'une scrupuleuse équité… Il s'agit d'une révolution copernicienne mais c'est la seule à même de garantir la pérennité de notre toute petite humanité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahim Senouci
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Brahim Senouci
  • Le blog de Brahim Senouci
  • : Billets d'humeur
  • Contact

Recherche

Liens