Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 20:03

Rêvons debout !

http://latribunedz.com/article/17446-Rever-debout-?

Tout le monde se souvient de la célèbre phrase de Gramcsi : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ». Cette phrase, d’une terrible actualité, résonne de manière tragique à nos oreilles. Les monstres sont ceux d’un terrorisme inhumain qui sème la mort de manière aveugle, au Nigeria, au Cameroun, au Tchad, en France, en Belgique… Oui, je sais, l’habitude n’est pas de classer les pays dans cet ordre. Le classement serait inversé. Pire encore, les premiers cités ne figureraient même pas dans le palmarès de l’horreur. Eh bien, cette habitude ferait partie de ces monstres, comme en feraient partie ces milliers de gens richissimes qui gouvernent la planète en n’oubliant pas de la pressurer et de planquer le fruit de leur rapine quotidienne à des « paradis » fiscaux peu regardants sur les mauvaises effluves que dégagent les montagnes d’argent qu’abritent leurs banques. Il y a aussi ceux qui n’omettent pas de tirer parti du meurtre d’innocents attablés aux terrasses de cafés, ou réunis par un concert de musique, pour faire avancer des causes inavouables. Voici untel faisant le rapprochement obscène entre la tragédie belge et celle que vivrait au quotidien l’Etat d’Israël, sans préciser que l’Etat Belge, certes lesté d’une lourde histoire coloniale, n’opprime, n’occupe, ne massacre, ne soumet à un blocus illégal PERSONNE. Ce genre de rapprochement constitue le plus efficace des combustibles à la haine et donc à la multiplication des vocations terroristes…

Il n’y a pas que des monstres. J’ai écrit naguère que l’écologie pouvait constituer un facteur d’unité des nations et un levier pour hâter l’avènement de ce monde nouveau, égalitaire, édifié sur le primat absolu de la justice et de la démocratie pour tous ("Justice et écologie" http://brahim-senouci.over-blog.com/article-32236567.html). L’écologie n’a pas de frontières. Que la forêt amazonienne disparaisse et nous risquerions de mourir asphyxiés du fait de l’absence de ce poumon qui absorbe 40 % de notre gaz carbonique ! Qu’un petit volcan s’éveille en Islande et voilà que s’interrompt pour deux longues semaines le ballet des milliers d’avions qui sillonnent le ciel. Qu’un tremblement de terre détruise une centrale nucléaire au Japon et les Californiens découvrent les « joies » d’un Océan Pacifique déposant des particules aux radiations pernicieuses sur leurs côtes jusque là inviolées. Le simple bon sens devrait, DEVRA nous dicter de nous unir pour faire face au danger de notre propre extinction.

Il n’y a pas que des monstres. Dans ce clair-obscur s’élève une clameur mondiale contre la corruption. Autant que les atteintes à l’écologie, la prédation généralisée, qui concerne autant l’Occident « vertueux » que le Sud, est de nature à mettre en cause le contrat qui lie, qui devrait lier, gouvernants et gouvernés. La corruption est ancienne. Elle a toujours fait partie du paysage. Les régimes dictatoriaux du Sud muselaient leurs peuples pour permettre à leurs dirigeants de s’enrichir en toute tranquillité. Les régimes « démocratiques » du Nord assuraient à leurs concitoyens une croissance ininterrompue (sur le dos des pays du Sud) qui les incitait à fermer les yeux devant des écarts jugés « minimes ». La corruption explose aujourd’hui, sur fond de recul des dictatures et d’appauvrissement relatif des peuples en Occident. Un ras-le-bol généralisé parcourt la planète, comme un frisson sur une échine épuisée. Il y a une exigence nouvelle de justice, de sens. Elle se traduit à Paris par cette magnifique initiative de « la Nuit Debout ». Retenons que ces militants d’un genre nouveau font école un peu partout en Europe. Ils proposent une innovation radicale. Ils ne revendiquent rien. Ils n’ont que faire d’une classe politique ringarde, médiocre, ne s’occupant que de sa propre pérennité. Ils inventent de nouveau le débat, l’échange, l’élargissement de la perspective. Les mots Palestine, boycott, migrants, trouvent vie et sens Place de la République !

Rêvons debout ! La véritable utopie serait de croire que le monde peut continuer ainsi, que des millions de Congolais peuvent continuer de mourir pour que nous ayons du coltan pour nos portables, que des centaines de milliers de Palestiniens continent de vivre parqués dans la dernière des réserves du monde, sous la férule israélienne et avec la complaisance de l’Occident. Le réalisme commande de mettre fin à cet ordre des choses mortifères et de se mettre vraiment à travailler à l’avènement de ce nouveau monde exempt de monstres, riche de promesses…

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahim Senouci
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Brahim Senouci
  • Le blog de Brahim Senouci
  • : Billets d'humeur
  • Contact

Recherche

Liens