Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 06:54

Histoire, trop ou pas assez ?

http://www.impact24.info/histoire-trop-ou-pas-assez/

Quelque chose revient en boucle dans les conversations, les articles de journaux… Il s’agit de l’expression d’une fatigue face à un trop-plein d’histoire, une mémoire jugée envahissante. Est-elle justifiée ? En d’autres termes, y a-t-il une vraie hypertrophie du discours historique, y a-t-il abus des rappels de mémoire ?

La réponse est non.

En réalité, ce qui domine en Algérie, c’est une répétition à l’infini d’un discours débilitant, oscillant entre l’hagiographie et le mensonge. La seule fonction de ce discours est de pérenniser les pouvoirs en place depuis l’Indépendance et de faire taire par avance tout ce qui est de nature à les contester. Cela donne lieu parfois à des situations kafkaïennes. Ainsi, le mensonge à propos de la mort de Abane Ramdane continue d’être la vérité officielle, celle que déroulent les manuels d’histoire. Dans le même temps, un ancien ministre de la République parle de son assassinat en le présentant comme nécessaire pour l’aboutissement de la lutte armée !

En fait, même les officiels ne font plus mine de croire dans la version apocryphe de l’Histoire qui a servi de matrice idéologique à leurs régimes. Le peuple, encore moins évidemment.

Le discrédit est total. Dans ce type de situations, il est normal de chercher des récits de substitution. Le drame, c’est que c’est le mensonge colonial qui a rempli cette fonction.

Nous connaissons les grandes lignes de ce mensonge, le fameux message civilisationnel, l’assèchement des marais fétides pour faire place à de majestueux vergers, l’incapacité ontologique des indigènes au travail et à l’organisation… Il suffirait de lire la prose des envahisseurs pour le démonter. On apprendrait ainsi que Bugeaud s’extasiait devant la richesse du bétail, des plaines ensemencées dans toutes les directions, que Saint-Arnaud vantait la beauté des villages kabyles qu’il s’apprêtait à incendier, que Tocqueville s’était rendu à l’évidence que la colonisation avait rendu les Algériens plus misérables et plus incultes qu’avant l’irruption des cavaliers de l’Apocalypse…

Mais voilà, on ne les a pas lus, ou si peu. Alors, nous avons intégré le mensonge dans notre inconscient collectif. Nous arrivons même à l’exprimer de manière plus brutale que le colonisateur lui-même. Quel faussaire colonialiste renierait cette sortie de Sansal à propos des Européens qui auraient « transformé un enfer en Paradis » ? Sur ce mauvais terreau a crû la haine de nous-mêmes. Nous avons embrassé la tentation d’une sublimation religieuse du passé ou celle du mimétisme occidental. Ces deux tentations constituent les deux faces d’une même médaille, celle du renoncement à l’Histoire.

Par quel miracle en sommes-nous là ? Ecoutons Ibn Khaldoun :

« Et le vaincu toujours imite le vainqueur… On voit toujours la perfection (réunie) dans la
personne d’un vainqueur. Celui-ci passe pour parfait, soit sous l’influence du
respect qu’on lui porte, soit parce que ses inférieurs pensent, à tort, que
leur défaite est due à la perfection du vainqueur. Cette erreur de jugement
devient un article de foi. Le vaincu adopte alors tous les usages du vainqueur et s’assimile
à lui. »

Que faire ? D’abord retrouver les fils d’une mémoire enfouie sous des décennies de soumission et d’ignorance. Cette mémoire n’est pas un refuge mais un point d’appui pour une nécessaire projection vers le futur. La mémoire est indissociable du devenir. On ne peut en effet être sans avoir été.

Des amis condescendants, (les pires !) nous exhortent à nous défaire du passé et à regarder vers l’avenir. Les dirigeants français nous fournissent un gros contingent de ce type d’ « amis ». Est-ce qu’ils s’appliquent à eux-mêmes ces conseils ? Au hasard, écoutons Hollande : « Commémorer, c’est savoir d’où l’on vient pour mieux appréhender ce qui nous relie et nous fédère dans une nation, la nôtre. » Ce qui est bon pour la France serait-il pernicieux pour nous ? Sûrement pas !

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahim Senouci
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Brahim Senouci
  • Le blog de Brahim Senouci
  • : Billets d'humeur
  • Contact

Recherche

Liens