Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 07:49

Ensemble contre le terrorisme ?

http://www.impact24.info/ensemble-contre-le-terrorisme/

Un Marocain (juste marocain, même pas un peu Belge sur les bords ?) se promettait de semer la terreur dans le Thalys, patronyme du TGV reliant Paris à Bruxelles et à Amsterdam. Son entreprise a échoué grâce, nous répète-t-on, au courage de deux soldats américains en goguette qui auraient entendu le bruit caractéristique de l’armement d’une kalachnikov dans les toilettes du train. Les soldats ne sont pas seuls en cause. Il s’est trouvé un Français, acteur de cinéma par surcroît, Jean-Hughes Anglade, pour actionner la sonnette d’alarme. Un Anglais, croisant dans le secteur, en a profité lui aussi pour glaner sa ration de paillettes de gloire. Quel formidable symbole que ce retour à la fameuse Entente Cordiale, qui a vu pactiser la France et l’Angleterre, vieilles ennemies pourtant ! Mieux encore, le duo s’est mué en trio, les deux puissances citées taisant leurs vieux ressentiments pour s’associer aux Etats-Unis.

Certes, il est sans doute facile, voire déplacé, d’ironiser sur ce qui a permis d’éviter un terrible bain de sang. Il n’en reste pas moins que la couverture de l’événement laisse un goût étrange, amer. Ceux qui ont empêché la commission de l’horreur méritent d’être honorés. Mais est-il vraiment besoin d’adjoindre systématiquement à leur identité le titre de héros, sans guillemets ? Est-ce indispensable d’adjoindre systématiquement à celle du présumé terroriste la qualification de forcené ? Est-il vital de profiter, consciemment ou non, de l’événement pour convoquer la grille de lecture essentialiste du « eux et nous », nous la race des héros, eux celle des forcenés ? Exagération ? Peut-être… Mais combien de jeunes gens arabes, ou africains, ou musulmans, se reconnaitront-ils dans le portrait de ces jeunes soldats aux visages avenants ? La tentation de l’empathie résistera-t-elle au souvenir des portraits d’autres soldats, gardiens de prison à Abou Ghraib, livreurs de napalm au Vietnam, par extension allumeurs de feux meurtriers à l’entrée de grottes algériennes bondées de femmes et d’enfants… ?

Le terrorisme doit être combattu, à l’évidence, quelles que soient ses victimes. Serait-ce trop demander que d’exiger que la bande de terre la plus densément peuplée du monde, celle de Gaza, soit libérée d’un blocus terroriste qu’elle subit depuis sept ans ? Serait-ce trop demander que d’exiger que le terrorisme qui consiste à piller les pays les plus faibles soit mis à la raison ? Serait-ce trop demander que de faire rendre gorge aux « forcenés » qui ont exercé leurs « talents » en toute impunité, le plus souvent à une échelle industrielle ? Un peu de délation : il y en a un qui assure avoir été président des Etats-Unis et qui se livre à son passe-temps favori, le golf. Un autre se fait passer pour le responsable du quartette, pâle ectoplasme censé résoudre les problèmes du Proche-Orient. Un troisième a été repéré du côté du 10, Downing Street. Il y en a toute une flopée de cet acabit du côté de Tel Aviv…

Anecdotique ? Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, il y a eu des viols commis par les armées belligérantes. Les étasuniens n’ont pas échappé à cette infamie. Les soldats reconnus coupables étaient systématiquement pendus. Les Noirs formaient 10 % de l’armée étasunienne mais fournissaient 90 % des suppliciés. Ce n’est pas tout. Les attendus des jugements aboutissant à ces condamnations n’étaient pas les mêmes pour les Noirs et les Blancs. Selon les juges, les premiers avaient « cédé à leurs instincts bestiaux » alors que les seconds avaient « failli à l’honneur ».

A moins de rétablir un semblant de justice, Messieurs les dirigeants des pays riches, vous ne pourrez pas demander à ceux qui ont encouru votre magistère barbare de pleurer vos morts quand vous revêtez les leurs du manteau méprisant de l’oubli, quand vous continuez de dévaster leurs pays misérables pour satisfaire votre appétit insatiable pour leurs rares richesses. Ils pleureront avec vous quand vous sortirez de votre insupportable sentiment de supériorité, de votre incapacité à vous regarder à travers un autre prisme que celui d’une prétendue innocence ontologique.

En finir avec le terrorisme ? Et si cela passait par une révision radicale de l’ordre du monde ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahim Senouci
commenter cet article

commentaires

elkeurti mohamed 24/08/2015 15:35

Très bon article. Très chomskien

Présentation

  • : Le blog de Brahim Senouci
  • Le blog de Brahim Senouci
  • : Billets d'humeur
  • Contact

Recherche

Liens