Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 08:13

De la bonne conscience occidentale…

http://www.impact24.info/de-la-bonne-conscience-occidentale/

Herzliya est une ville israélienne appartenant à l’agglomération de Tel-Aviv. Elle doit son nom à Herzl, sinistre fondateur du sionisme. Elle a la particularité de concentrer de nombreux investissements immobiliers, originaires de France notamment. Elle est réputée pour abriter un centre de haute technologie qui lui vaut le surnom de « Silicon Valley » israélienne. Elle est surtout connue pour accueillir une conférence annuelle qui rassemble le « gratin » du sionisme. Quelques noms de participants de l’exercice du 8 juin 2015 en donnent une illustration : les ministres israéliens Moshé Yaalon (Défense), Naftali Bennett (Diaspora) et Ayelet Shaked (Justice), l’ancien président Shimon Peres, le président actuel Reuven Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahou, le secrétaire d’État étasunien, John Kerry… C’est une sorte de Davos local qui permet un échange de vues sur la situation politique, d’un point de vue israélien ou proche d’Israël.

Nicolas Sarkozy est un habitué des lieux. Il était présent à cette édition, invité à y donner une conférence. Doux euphémisme, Nicolas Sarkozy ne déteste pas l’argent. Une grande partie de ses confortables revenus proviennent de conférences qu’il donne aux quatre coins du monde. Si, si, il y a des gens disposés à payer très cher pour l’écouter ! Même le Congo a payé, c’est dire…

Mais là, il est en territoire ami. Il se produit donc gratuitement. Le sacrifice ainsi consenti mériterait, au vu de son goût du lucre, de le faire figurer au rang des martyrs d’Israël.

Ecoutons-le. Même gratuitement (merci Youtube), l’exercice reste pénible mais tellement éclairant…En tout cas, il fait le même effet qu’une musique céleste aux oreilles de son auditoire. Quel bonheur que ce flot de mots descendant d’une bouche amie, si exactement conformes à ceux que ces « bons » sionistes ont envie d’entendre, ces mots qui disent le choix de la soumission à Israël plutôt qu’au droit !

Sarkozy nous « apprend » ainsi qu’il est vrai qu’il existe des écoles en France dans lesquelles il n’est pas possible d’enseigner la Shoah. Passage obligé, il déclare que le boycott est inacceptable et que Stéphane Richard, PDG d’Orange, qui avait eu l’outrecuidance d’envisager l’hypothèse d’un retrait de son entreprise d’Israël, allait très vite se rétracter et viendrait s’expliquer devant les dirigeants du pays. Stéphane Richard s’est très vite rendu à ces injonctions…

A propos, pourquoi donc la dénomination initiale, celle qu’on doit à Raul Hilberg, qui parle de la « destruction des juifs d’Europe », qui a le mérite de la clarté, a-t-elle disparu au profit de vocables induisant à connotation religieuse tels que Shoah ou Holocauste ?

Revenons à Sarkozy. Indépendamment des mots, il glisse en passant que la tragédie juive n’est pas due aux Arabes mais aux Européens. Mais, ajoute-t-il, l’humanité entière est débitrice du peuple juif et comptable de la sécurité d’Israël ! L’humanité entière ? Pourquoi devrait-elle assumer les conséquences d’un crime européen ? Pourquoi les Palestiniens notamment devraient-ils jouer le rôle du bouc émissaire de la Bible et expier jusqu’à la fin des temps des crimes commis par d’autres ? Au nom de quel principe devrait-on accepter qu’une faute puisse être rachetée par une autre ?

Illogique ? Non…

Il y a une sorte de règle non écrite qui dispose que vertu et puissance sont des valeurs concomitantes. Cette règle, naturellement fondée par les riches, a été largement intégrée par les pauvres. La faiblesse est souvent honteuse, perçue comme le fruit d’une sorte de malédiction atavique. A contrario, la force s’exhibe sans complexe et se proclame fille de morale, quand elle se déploie dans des expéditions qui ruinent les pays faibles qui en font les frais. Ce mécanisme est toujours à l’œuvre. C’est en son nom que l’Occident édicte des valeurs qualifiées d’« universelles », en son nom que l’on fait endosser à la terre entière un crime européen. C’est en son nom encore que l’injustice faite aux Palestiniens ne trouble en rien la bonne conscience occidentale qui fait d’Israël l’unique objet de sa sollicitude. A titre d’exemple, il y a cet autre extrait du discours de Sarkozy dans lequel il déclare que « le genre humain n’a pas compris que le sort des juifs est toujours un signe avant-coureur de ce qui arrivera à d’autres ». Il n’y a pas de doute qu’à aucun moment, dans son esprit, les "autres" pouvaient être des Palestiniens !

Cet ordre des choses est appelé à disparaître. Bon an mal an, la démocratie avance dans le monde sous-développé. La parole se libère et la jeunesse des peuples pauvres ne considère plus la pauvreté comme allant de soi. Parallèlement, l’Occident vit une crise du sens qui se manifeste par l’atmosphère délétère qui y règne, nourrie par la libération de la parole raciste et de la pulsion de violence. La matrice qui fonde le monde injuste dans lequel nous vivons se craquelle. Il sera de moins en moins possible à une minorité de continuer à s’enrichir et à prospérer sur la misère de la majorité. La question de la viabilité du monde se posera avec acuité et la réponse se fondera nécessairement sur la nécessité de l’établissement d’une justice-monde, dont le préalable serait l’abandon des représentations conscientes et inconscientes dont le monde actuel est l’expression.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brahim Senouci
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Brahim Senouci
  • Le blog de Brahim Senouci
  • : Billets d'humeur
  • Contact

Recherche

Liens